Le Retour du Shampoing Solide

Créé par le 13 jan 2013 | Dans : Cosméto

Au premier abord, les shampoings solides ne sont pas très glamours, on n’en a pas l’habitude, du coup on les utilise relativement peu… Dommage, car ils sont économiques, écolos, agréables et plutôt  efficaces à l’utilisation. Démonstration avec  les Fleurs de Shampoing de chez Douce Nature.

Il en existe 4 sortes (cheveux normaux, gras, secs et à pellicules), j’ai utilisé celui pour cheveux gras, non pas que j’aie le cuir chevelu particulièrement gras, mais plutôt pour essayer d’espacer les lavages de mes cheveux. Oui parce que, on l’a oublié, mais le shampoing n’est pas un soin QUOTIDIEN, plutôt  hebdomadaire, voire 2 fois par semaine, pas plus. Bref, trêve de bavardages pour cette fois-ci, mais on y reviendra un jour ou l’autre…

Le Retour du Shampoing Solide dans Cosméto

 

 

LA COMPO

Elle est nickelle. La seule chose regrettable est la présence de SLS, ce fameux sodium lauryl sulfate, qui est un tensio actif un peu agressif et potentiellement allergisant. Heureusement qu’il est relativement loin placé dans la liste. Autrement, de l’ortie et de l’argile pour réguler et absorber le sébum excédentaire, de l’eau de fleur d’oranger pour apaiser, du beurre de karité pour nourrir la fibre capillaire. Le produit est complet, ça, c’est fait !

A L’UTILISATION

Ces petites fleurs se présentent en sachet plastique, dedans un crochet adhésif permet de l’accrocher dans la sdb, bien pensé. Pour l’utilisation, il faut l’appliquer sur les cheveux mouillés (pour ma part je fais un « tour de crâne »), et faire mousser. La mousse est d’ailleurs abondante, l’odeur super agréable, une sorte de menthe très douce. Il se rince facilement et laisse vraiment un cuir chevelu propre, qui ne gratte pas. Niveau pouvoir « «anti-gras »,  il est super efficace, il m’a permis de limiter mes shampoings. Les cheveux sont doux, propres, volumineux.

MAIS ENCORE

Vous le trouverez en magasin bio pour environ 6€, sachant qu’il équivaut à 750ml de shampoing liquide, plutôt réglo niveau prix. Les avis sur internet sont unanimes surtout pour la version cheveux gras, les autres un peu moins, n’hésitez pas à nous livrer vos expériences !

La Pollution Alimentaire

Créé par le 03 jan 2013 | Dans : Alimentation, Environnement

Avant toute chose, tous mes vœux à chacun de vous !! Et après s’être bien remplis la pence, je vous propose un nouvel article alimentaire, histoire de se culpabiliser de prendre des bonnes résolutions (et peut-être qu’on les tiendra plus de 2 mois celles-là…). Détaillons un peu la notion de pollution alimentaire : elle englobe toutes les substances potentiellement nocives contenues dans les aliments conventionnels.

Aujourd’hui dans nos assiettes, on retrouve :

  • Des additifs dans les aliments (sous la dénomination E***, comme par exemple le E330=acide citrique) : conservateurs, colorants, mais aussi exhausteurs de goût (si, si !) ou encore acidifiants, épaississants, la liste est longue et on ne connaît pas leurs effets à long terme. A savoir qu’ils sont de plus en plus nombreux à être interdits au fil des ans et des recherches, preuve de la méconnaissance de leurs méfaits. D’autres encore se détériorent avec la chaleur ou le temps
  • Des additifs qu’on a donnés aux animaux et aux végétaux : hormones qui font grossir, antibios qui font grandir, tranquillisants pour les uns ; herbicides, pesticides, etc… pour les autres
  • Des OGM : surtout pour les soja, tabac, maïs, qui acquièrent par ce biais de nouvelles propriétés agricoles : résistance aux insectes, résistance à un herbicide…

On reproche à ces substances de provoquer la pollution des sols, des eaux, la dépollinisation… et de mener à des cancers, des allergies, des troubles de l’activité… j’en passe et des meilleurs.

La nourriture des animaux, constituée de produits fermentés, de farines de viandes, de produits déshydratés (miam) n’apporte que peu d’éléments nutritifs de qualité. Alors forcément, ce que nous mangeons ensuite pose le même problème, d’autant que les animaux, tués avant fin de vie, n’ont pas le temps de fixer correctement les vitamines et minéraux. Il en est de même pour les végétaux qu’on cueille avant fin de croissance.

En agriculture bio, on utilise des additifs naturels non toxiques : acide lactique, benzoique… ainsi que d’autres techniques de conservation : sous-vide, congélation…. La base finalement ! On respecte également le rythme de la nature et des animaux, on ne force pas la croissance. Il en résulte des aliments qui contiennent de nombreux nutriments hautement assimilables.

Voilà qui donne sujet à réflexion.

Le Suc de Thym

Créé par le 14 déc 2012 | Dans : Naturo

Le Suc de Thym dans Naturo

Nous sommes bel et bien en hiver… la goutte au nez, la gorge qui gratte, puis la toux qui  vient, il fallait prendre les choses en main ! J’ai donc testé le suc de plante fraîche de thym du labo SALUS, qui m’a fait beaucoup de bien en très peu de temps.

 

Le suc, qu’est-ce que c’est ?

En gros, c’est le jus de la plante, obtenu par simple pression à froid (donc pas de détérioration des qualités de la plante), sans ajout d’alcool, sucre, ni aucun additif. Il peut ainsi être utilisé pour les enfants, femmes enceintes, diabétiques…

 

Les Vertus du Thym

Il est adoucissant pour la gorge et aide à fluidifier les sécrétions. Il est indiqué pour les toux (plutôt grasses), les légères bronchites, et toutes les infections des voies respiratoires puisqu’il est aseptisant.

 

Comment le prendre ?

Pour un adulte : 10ml du produit, pur ou dilué (hum c’est un peu fort pur…), à reconduire plusieurs fois par jour s’il le faut.

Pour un enfant : entre 2 et 5 ml, dilué dans de l’eau ou un jus de fruits.
Dans sa bouteille de verre, sa conservation est presque illimitée (même s’ils sont bien obligés de mettre une DLC), en revanche une fois ouvert, il se conserve pendant 15 jours au réfrigérateur.

 

Attention, comme il fluidifie les sécrétions, il aide aussi l’évacuation par la toux, donc à éviter juste avant le coucher si on ne veut pas tousser toute la nuit.

 

Pour conclure

Je ne l’ai pris que durant deux jours, à raison de 2 prises par jour, et ça m’a suffi. J’y avais associé un peu de propolis, d’huiles essentielles et autres tisanes, et hop ! le mal fut enrayé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Vous le trouverez en magasin biologique, pour environ 8€ les 200ml.

 

 

Audrey et son Creaclip

Créé par le 08 déc 2012 | Dans : Vie pratique

Audrey et son Creaclip dans Vie pratique

On ne présente plus le Creaclip, cet instrument génial qui permet de réaliser n’importe quelle coupe de cheveux chez soi. Effectivement, depuis 2 mois que je l’ai, j’ai testé coupe des pointes, dégradé, frange… à chaque fois avec succès ! C’est simple, rapide, économique, et on prend vraiment vite la main !

Pour ma part je voulais partager avec vous une petite anecdote dans le but de vous encourager à continuer de foncer sur le site d’Audrey, qui commercialise le Creaclip en France,  commander cette merveille. J’ai donc commandé  la »bête » en septembre, impatiente de faire ma coupe des deux mois habituelle. Au bout de 2 semaines, toujours rien dans la boîte aux lettres, ni une ni deux, je contacte par mail Audrey pour lui faire part de mon inquiétude. En effet, elle n’a pas reçu de commande de ma part, mais s’empresse de faire des recherches car de mon côté, après vérification, la somme a bien été prélevée par Paypal… Finalement Audrey trouve le soucis, évidemment c’est ma faute : j’ai noté une adresse mail invalide dans ma commande… Elle rétablit avec brio le problème, m’envoie la commande en vitesse, accompagnée d’un cadeau pour oublier l’attente insoutenable… Déjà trop sympa !

En plus de ça, elle me  propose un geste commercial qui me permet de commander la paire de ciseaux adaptée (génialissimes aussi et plus pratiques que les ciseaux d’écolière ou de cuisine) !

Alors voilà, tout ça pour dire que ce site est géré par une vraie pro, qui fait attention à chaque client, qui répare des erreurs qu’elle n’a même pas générées… Trop forte Audrey !

 Et le fameux site : http://www.creaclips.fr/

Les Bases de la Chrono Nutrition

Créé par le 08 déc 2012 | Dans : Alimentation

Après des années d’errance alimentaire, j’ai pas mal fouiné dans mes bouquins pour mettre enfin un point final à tout ça : les fringales ENTRE les repas, la ruée sur le pain AVANT le repas,  le coup de pompe APRES le repas. Je me suis rendu compte que je mangeais surtout entre les repas par pulsions, du coup peu pendant vu que je n’avais plus faim (bah voyons). J’essayais (quand même un peu) de me canaliser, et donc finissais lamentablement  par craquer sur le sucre. Finalement, j’avais toujours des ballonnements,  des spasmes intestinaux, des remontées acides… et je vous épargne le reste, parce que j’avais toujours quelque chose à digérer, donc un estomac jamais tranquille.

On ne dirait pas, mais  qu’il est long le chemin pour se rendre compte de ces fines observations…

 

J’ai donc décidé, d’un coup d’un seul, sinon on ne commence jamais,  de m’imposer un rythme alimentaire pour réguler mes apports nutritionnels et ma glycémie au fil des heures, et donc limiter les pulsions sucrées et la fatigue en plein milieu de la journée. Car  non, nous ne devrions jamais avoir envie de ronfler après un repas, si c’est le cas, c’est qu’ il faut changer quelque chose à notre alimentation.

Le Principe

La chrono nutrition a pour principe de manger différemment matin midi et soir, puisque nous n’avons pas les mêmes besoins au cours de la journée. Logique, finalement.

En gros, ça se résume à :

  • Manger gras, protéiné et non sucré le matin
  • Manger protéiné avec des sucres lents le midi
  • Manger une collation sucrée à 4h
  • Manger  très léger le soir.

 

Le matin , c’est le moment de se faire plaisir avec un petit déjeuner copieux, sans hésiter sur le gras : fromage, charcuterie, œufs, beurre… les sucres rapides au contraire, sont interdits : ils font grimper la glycémie, donc déclenchent un pic d’insuline suivi d’une impression de fatigue et une envie de grignoter.

Le midi, protéines avec féculents et légumes verts (toujours respecter 1/3 de féculents et 2/3 de légumes). Des fibres, et des choses qui tiennent au corps. Pas de sucre, donc je décale mon dessert au goûter. Parcontre, je m’autorise  un expresso… De cette façon, pas de coup de mou vers 14-15h.

L’après-midi, la pause sucrée permet de tenir jusqu’au soir sans hypoglycémie. C’est donc le moment où je mange mon dessert du midi. J’ai remarqué qu’il est finalement facile de se passer de dessert en fin de repas comme je sais que j’y ai droit l’après-midi.

Le soir, légumes surtout. Le but est de s’écouter, on mange lentement, quand on n’a plus faim on s’arrête. L’idée est de laisser le système digestif se reposer. Si on y tient  vraiment, une protéine légère (sardines, viande blanche, légumineuse), notamment si on a tendance à avoir faim la nuit.

Quand on a mis ça en place, oh miracle ! plus de boulimie.

 

Pourquoi je sais que ça me convient ?

Je mange beaucoup moins de sucres rapides qu’avant sans en souffrir,

 j’ai le ventre toujours plat,

 je digère bien,

 je sais reconnaître ma faim et m’arrêter avant d’avoir trop mangé

je ne saute pas sur le pain en début de repas, si sur les gâteaux apéro…

 

 

Biensûr je ne suis pas un robot, tout ça c’est vraiment la théorie, quand je ne suis pas chez moi je ne change pas tous les repas ni les habitudes des autres, seulement je module, je m’adapte…quitte à mentir (« Si si, je suis intolérante au cheese-cake passé 21h »…).

 

 

 

 

 

 

L’Or Bio, rien que ça !

Créé par le 03 déc 2012 | Dans : Cosméto

L'Or Bio, rien que ça ! dans Cosméto huile-extraordinaire-lor-bio-melvita

 Un produit multi-usages, un fini satiné, un parfum de tiaré… Je dis oui, sauf que comme je ne suis pas une franche fanatique de Melvita à la base, j’ai cherché la petite bête et fait la difficile…

 

LA COMPO

OCTYLDODECANOLCAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE*** -COCO-CAPRYLATE/CAPRATEHELIANTHUS ANNUUS (SUNFLOWER) SEEDOIL – ARGANIA SPINOSA KERNEL OIL* – ALEURITES MOLUCCANA SEEDOIL* – PLUKENETIA VOLUBILIS SEED OIL* – PENTACLETHRA MACROLOBASEED OIL* – MAURITIA FLEXUOSA FRUIT OIL* – TOCOPHEROL -PARFUM/FRAGRANCE – BENZYL SALICYLATE** – LINALOOL** – CITRONELLOL** – LIMONENE** – GERANIOL** – EUGENOL** – CITRAL**.
*Ingrédients issus de l’Agriculture Biologique
**Constituants naturels du composé aromatique= molécules contenues par les huiles essentielles

*** Transformés à partir d’ingrédients biologiques 

Ce que l’on peut déplorer, c’est le solvant, première position dans la liste INCI : sa qualité en tant que telle n’est pas mauvaise, c’est sa place dans le produit qui est dommage, on aurait préféré voir une belle huile végétale en ingrédient principal (comme chez Nuxe  dans son Huile Prodigieuse avec l’huile de macadamia, pas la plus luxueuse, mais au moins ils ont fait l’effort heum…).

Les triglycérides, eux, apportent de la nutrition à la peau, ils constituent d’ailleurs  l’un des principaux composants du sébum.

Le troisième ingrédient est un  triglycéride a priori synthétique, il adoucit la peau, donne du confort mais n’apporte pas de réel soin/bienfait.

Après arrivent les huile végétales, ce qui est le plus qualitatif dans ce type de produit, avec, dans l’ordre : huile de tournesol (on a vu mieux), argan, kendi, inca inchi et buriti. Les 3 dernières, on a peu l’habitude de les côtoyer, sauf éventuellement la buriti qu’on voit de plus en plus. Ce sont effectivement de bonnes huiles. Elles sont très régénérantes et anti-oxydantes (donc anti-âge, donc éclat…).

 

 

A L’APPLICATION

Y’a pas photo, les flacons-spray c’est vraiment pratique. On en pchitt partout, ça s’étale facilement, ça pénètre vite, ça sent bon l’été. On peut l’utiliser sur le corps, le visage (pas d’intérêt pour moi, pas assez spécifique), les cheveux (idem), ou encore dans le bain (ça c’est une bonne idée). Quand on est pressée c’est chouette, avant une soirée aussi. Pour une peau sèche tous les jours c’est léger. Je soupçonne le parfum d’être lassant à la longue, encore plus l’hiver où je préfère les agrumes et compagnie.

 

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

 Dans ce genre de produits (des huiles précieuses… blablabla), les fameuses huiles sont souvent peu présentes et c’est fort dommage. Au moins cette huile-là a un composition correcte, Cosmebio garantit des huiles vierges de première pression à froid de qualité, même si on est typiquement dans un produit « mode » : elle est agréable, elle sent bon, mais est finalement peu traitante. Occasionnellement c’est sympa, mais pour une peau sèche, une bonne huile d’argan pure sera moins chère et bien plus efficace. Et pour les accros de la fameuse Huile Prodigieuse de Nuxe et toutes ses copines de para’ (Caudalie, Vichy….), elles auront enfin un équivalent labellisé !

 

Optimiser la Prise du Henné

Créé par le 29 nov 2012 | Dans : Cosméto

Depuis pas mal de mois maintenant j’utilise le henné, ou d’autres plantes tinctoriales, comme coloration capillaire. Ayant les cheveux qui prennent plutôt mal les colorations végétales, je suis à la lettre les règles de bases, dont je vais vous parler ici, pour ne pas perdre une miette de pigmentation…

LA VEILLE

Je prépare ma pâte la veille de ma coloration, pour laisser la poudre libérer ses pigments. Plus on laisse poser la pâte, mieux c’est.  Attention pour l’indigo, on le prépare/l’ajoute au dernier moment, son pouvoir colorant ne dure que 2-3 heures ! Donc pensez bien à vérifier la compo de votre henné quand c’est un brun ou noir : il risque fort d’y avoir de « l’indigo fera tinctoria ». J’allonge la poudre (à peine 100g pour des cheveux jusqu’aux épaules) avec de l’eau bien chaude. On y va doucement sur l’eau, quitte à en ajouter le lendemain pour rendre la pâte  plus onctueuse.

On peut ajouter :

  • pour révéler la couleur cuivrée, une base acide, type : vinaigre de cidre, citron, yaourt…
  • pour compenser l’assèchement possible dû à la poudre : quelques gouttes d’huile végétale (argan, camélia…), de la glycérine végétale….

Je n’ajoute RIEN à part quelques gouttes d’huiles essentielles pour l’odeur (lavande ou agrumes en général), et surtout pas d’huiles et autres qui peuvent quand même empêcher légèrement la prise du henné en laissant un film gras sur la fibre capillaire. Il m’est arrivé d’ajouter du vinaigre de cidre (moitié-moitié avec l’eau) et effectivement, j’ai trouvé des reflets orangés beaucoup plus présents.

LE JOUR J

Je lave mes cheveux avant la pose, avec un shampoing SANS silicones qui enrobent le cheveux d’une gaine qui va limiter la prise des pigments. De la même manière, pas d’après-shampoing, masque, huile, crème… Il existe des shampoings qui ouvrent les écailles du cheveux pour le préparer à recevoir la couleur, comme le shampoing brillance à l’ortie Logona, je n’ai jamais testé, à voir si certaines connaissent…

J’applique le henné mèche par mèche à l’aide d’un peigne coloration, et j’insiste sur les racines et les bords. Ensuite, au dessus de la baignoire, j’enduis (et c’est bien le terme) le reste de ma chevelure de pâte, je mets le tout à l’arrache, avec des gants. J’attache grossièrement mes cheveux, les enrobe de cellophane et je laisse poser toute la nuit ! Je trouve ça moins handicapant qu’en journée, où ça coule partout, puis on ne peux pas sortir… Concernant la couleur je n’ai pas peur de laisser poser super longtemps, on ne peut pas changer radicalement de couleur donc pas trop de prise de risque. Si jamais il reste de la pâte, sachez qu’elle se congèle, donc on ne jette pas tout à la poubelle !

LE LENDEMAIN

Je rince à l’eau uniquement, je ne shampooine pas car  j’ai lavé mes cheveux la veille, et que de toute manière le henné absorbe l’excès de sébum, et que la coloration va continuer de s’oxyder pendant les 72 h qui suivent l’application. Éventuellement j’émulsionne le cuir chevelu avec un après-shampoing  que je laisse poser, je rince à nouveau et termine par une eau de rinçage qui va éliminer le calcaire dû à l’eau, resserrer les écailles et faire briller, type : eau +miel + citron. Je reste au moins 3 jours sans me laver les cheveux, cette étape est primordiale, en nettoyant les cheveux immédiatement après la pose, on perd une grosse partie de la couleur, c’est dommage !

 

Voilà, avec tout ça, j’obtiens ENFIN des couleurs profondes et uniformes !

Pourquoi faire le choix du bio concernant l’alimentation

Créé par le 25 nov 2012 | Dans : Alimentation, Environnement

On a tous une bonne raison d’acheter des produits biologiques : la santé de l’homme et de l’environnement, la qualité des ingrédients, la traçabilité du produit… Alors pourquoi se priver ?

Consommer des produits bios, ça garantit :

  • L’absence de produits chimiques de synthèse et d’OGM
  • Le respect d’un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés respectueux de l’écosystème et non polluants, donc la préservation des sols et des végétaux
  • Le respect du bien-être des animaux, qui sont d’ailleurs soignés par des médecines douces (dans la mesure du possible !)

Pensons aussi aux agriculteurs, les plus directement touchés par les pesticides : migraines, nausées, troubles neurologiques… dont un sur cinq est touché.

Concernant la qualité nutritionnelle des aliments, l’AFSSA a fait en 2003 des recherches qui établissent des corrélations entre qualité supérieure des aliments et production biologique :

  • Taux de matière sèche (inverse de la quantité d’eau dans un produit) :   supérieur de 95% pour les fruits et légumes
  • Vitamines et minéraux : plus nombreux, surtout concernant la vit.C, qui rappelons-le, n’est pas produite par le corps humain. Dans le lait bio, c’est la vit.E que l’on trouve en quantité supérieure.
  • Acides gras : la croissance plus lente permet  un meilleur équilibre en omégas 3, 6 et 9, donc un apport en acides gras de meilleure qualité.
  • Antioxydants : les plantes bios, non traitées, développent des antioxydants de choix contre les maladies et parasites. Ils sont donc plus nombreux et de meilleure qualité dans notre alimentation.

Pour s’y retrouver :

                                                                                                                                Pourquoi faire le choix du bio concernant l'alimentation dans Alimentation

 Le Logo Européen, OBLIGATOIRE pour qu’un produit soit estampillé biologique, garantit 95% minimum d’ingrédients bios.

C’est le cas aussi pour le label Agriculture Biologique, qui lui est facultatif, mais plus connu.

                                                                                                                              logoo alimentation dans Environnement

                                                                                                                           Il ne s’agit pas de manger uniquement bio, mais plutôt de faire preuve de discernement, de choisir des aliments de qualité , de scruter les étiquettes, d’avoir envie de se lancer et de savoir pourquoi on le fait…

 

 

 

 

Au commencement…

Créé par le 25 nov 2012 | Dans : Non classé

… il y a l’envie de partager ma passion pour les cosmétiques et la naturopathie, qui constituent mon métier : conseillère en magasin bio. Je m’appelle Charlotte, j’ai 22 ans, et ici nous pourrons parler compléments alimentaires, diététique, beauté… le tout au naturel ! Je ne suis pas naturopathe, et en aucun cas ne pourrais remplacer une consultation chez un professionnel de santé, ce qui ne m’empêche pas d’échanger des conseils généraux d’hygiène de vie.

Bonne visite !

Shangays1er |
Dr L. & Mr L. ... |
Secretsdeparisiennes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elisabethlevesque
| Bleu comme une Orange
| Louis Vuitton Taschen Günst...